Accueil | École | La complicité parent-enseignant

La complicité parent-enseignant

La famille et l’école doivent former une équipe autour de l’enfant. Sur son site Internet, l’organisme Partenaires pour la réussite éducative en Estrie (PREE), un cousin du Comité régional pour la valorisation de l’éducation (CREVALE), publie un guide du développement de la complicité entre parents et enseignants. On y définit la complicité comme étant l’expression d’un accord commun par un sourire, un clin d’œil, un petit mot, un signe de la tête ou de la main. C’est une façon d’agir ensemble pour atteindre un but commun, qui sous-entend qu’une relation de confiance s’est installée.

En contexte scolaire, puisque la complicité est fondée sur la réussite des enfants – sujet qui touche les parents et les enseignants droit au cœur – il arrive qu’elle engendre des discussions plus corsées. Le but de la complicité étant de permettre au jeune de constater que ses parents et ses enseignants pensent la même chose face à sa réussite scolaire, il est impératif de faire preuve d’écoute, d’attention et d’ouverture. Établir une complicité entre le parent et l’enseignant exige que les deux parties veuillent se comprendre mutuellement et trouver des solutions communes.

Gardant en mémoire que l’enfant bénéficie grandement de la complicité établie entre ses parents et ses enseignants, voici quelques pistes que PREE donne aux enseignants pour établir une telle complicité avec les parents :

  • Comprendre la réalité des parents : travail, famille, mauvaises expériences scolaires, difficultés liées à une détresse psychologique, financière ou autre, etc.
  • Entretenir, dans le calme et le respect, un dialogue constructif avec les parents.
  • Partager fréquemment avec les parents l’information relative à leur enfant concernant: son attitude, son comportement, sa réussite scolaire, ses forces, ses difficultés, etc. Il est parfois inévitable de communiquer avec les parents sur des aspects plus négatifs liés à leur enfant. Recevoir un appel d’un enseignant ou de la direction relatant un bon coup ou soulignant les efforts de l’enfant devient alors un renforcement positif à la fois pour lui et pour ses parents.
  • Prendre contact avec les parents dès le début de l’année scolaire.
  • Faire part aux parents des inquiétudes vécues face aux difficultés de leur enfant.
  • Soutenir les parents dans les démarches entreprises pour le bien-être de leur enfant.
  • Accepter rapidement les demandes de rencontres des parents.
  • Donner aux parents des marques d’appréciation de leur investissement face à la réussite de leur enfant. (Pourquoi ne pas utiliser les certificats ou les cartes du CREVALE à cet effet?).
  • Écouter sans interrompre les points de vue des parents et faire preuve d’ouverture à cet égard.
  • S’impliquer dans la recherche de solutions avec les parents.
  • Respecter les engagements pris auprès des parents.
  • Organiser des activités demandant l’aide des parents.
  • Investir du temps pour développer un lien de confiance avec les parents.

Vous remarquerez que des pistes tirées du guide de la complicité de PREE sont également proposées aux parents dans la section Famille.