Accueil | Bibliothèque | Actualités | Taux de décrochage : célébrons les fruits d'un effort collectif!

Taux de décrochage : célébrons les fruits d'un effort collectif!

9 avril 2013

La préoccupation de la réussite scolaire et éducative des jeunes Lanaudois est de plus en plus présente chez de plus en plus d’acteurs. Depuis le début de ses activités, en 2004, le CREVALE répète qu’il faut tout un village pour élever un enfant. Organisme de mobilisation, le CREVALE a contribué à la prise de conscience que la persévérance scolaire est un enjeu collectif. Il a démontré l’importance du travail concerté. Il a porté des messages communs autour de facteurs de protection documentés par la recherche et votés par ses quelque 300 membres. Aujourd’hui, il appelle à la célébration des fruits de ces efforts collectifs, parce que les nouvelles sont réjouissantes. Elles prennent forme dans la persévérance des jeunes qui restent de plus en plus sur les bancs d’école et qui reconnaissent que les encouragements les motivent. Elles s’articulent aussi dans les pratiques des parents qui disent encourager de plus en plus leurs enfants. Enfin, elles s’illustrent chez les employeurs par l’adoption de pratiques qui favorisent la persévérance scolaire et la réussite éducative.

Des taux encourageants

De moins en moins de jeunes quittent l’école sans diplôme ni qualification. Les récentes données du ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport (MELS) démontrent que, de l’année scolaire 1999-2000 à celle de 2010-11, le taux de sortie sans diplôme des élèves du secondaire dans Lanaudière a diminué de façon significative. Il est passé de 27,7 % à 19,3 %. C’est donc dire que le décrochage se résorbe. Cette diminution encourageante s’accentue depuis 2005-06, dans Lanaudière comme dans l’ensemble du Québec. Ce qui démarque notre région est qu’au cours de ces douze années d’observation, Lanaudière enregistre une amélioration plus marquée que dans l’ensemble du Québec. Elle est de 8,4 % pour la région comparativement à 5,7 % pour le Québec.

Du côté des jeunes, une évaluation du CREVALE et de ses projets, réalisée par Léger Marketing en 2012, révèle que 42 % d’entre eux disent avoir besoin de plus d’encouragements pour persévérer dans leurs études et que 83% des jeunes ayant reçu une carte d’encouragement de leur parent disent que cela les a motivés.

Du côté des parents

En plus de mobiliser sa communauté autour de facteurs de protection servant à irradier le décrochage scolaire, le CREVALE a mis sur pieds des projets et campagnes pour sensibiliser et soutenir les parents dans leur rôle auprès de leurs enfants. Les résultats de l’évaluation de Léger Marketing révèlent que les campagnes du CREVALE ont été appréciées par une majorité de parents (de 74 % à 89 % selon la campagne), qu’elles les ont influencés positivement et qu’elles sont perçues utiles pour plus de 82 % d’entre eux. De plus, 24 % des parents d’enfants du primaire affirment que la campagne J’aime ça quand tu m’encourages les a amenés à exprimer plus souvent des mots d’encouragement à leurs enfants.

Les pratiques des employeurs et le cumul travail-études

De plus en plus d’employeurs lanaudois mettent en place une ou des mesures favorisant la conciliation travail-études pour les jeunes employés qui vont à l’école. Ils étaient 74 % en 2006 à faire des horaires adaptés ou d’autres mesures comparativement à 86 % en 2012. Cette information est tirée des Enquêtes sur les besoins en main-d’œuvre dans les établissements de la région de Lanaudière, effectuée par SOM recherches & sondages pour le compte d’Emploi Québec. L’année 2006 marquait le début du programme de certification OSER-JEUNES lancé par le CREVALE et celui des activités de sensibilisation du milieu des affaires dans la prévention du décrochage scolaire. Le travail de promotion d’une saine conciliation travail-études a provoqué des changements de pratiques chez les employeurs ; une amélioration de 12 % chez les établissements embauchant des étudiants. Ceci est d’autant plus important que, pour la même période, le nombre de ces établissements a augmenté de 5 %. Il est bon de rappeler que selon les perspectives d’Emploi-Québec, 50 700 emplois seront à pourvoir dans Lanaudière d’ici 2016. Le marché du travail a et aura besoin d’une main-d’oeuvre qualifiée. Les jeunes combleront au moins 50 % des futurs besoins en main-d’œuvre.

S’ajoutent à ces bonnes nouvelles, des investissements importants pour des projets locaux en persévérance scolaire grâce aux fonds octroyés par l’organisme Réunir Réussir. Ce dernier a d’ailleurs confié au CREVALE le mandat d’accompagner les concertations locales et les projets financés. La liste des projets retenus est en ligne dans la section Concertation / Soutien financier du crevale.org

Et la suite?

Ces résultats sont très encourageants et font preuve des efforts collectifs déployés depuis quelques années par le milieu scolaire et l’ensemble des partenaires du CREVALE des milieux communautaires, de la jeunesse, de la santé et des services sociaux, de l’emploi et des affaires ainsi que de la concertation. Alors qu’en 2004 le décrochage et la persévérance scolaires n’étaient qu’une préoccupation partagée par peu d’organisations, aujourd’hui ils constituent une priorité pour un ensemble de partenaires des quatre coins de Lanaudière.

On ne peut qu’espérer que les taux continuent de s’améliorer, que les résultats ne cessent de se bonifier. Ces bonnes nouvelles ne seraient que la pointe de l’iceberg. Les nombreux efforts de l’école, de la famille et de la communauté et la prévention qui débute dès la petite enfance porteront également leurs fruits. Bien qu’il faille prendre le temps de célébrer, dans un contexte d’austérité et de fin de financement, de grands pas restent à faire avant d’atteindre l’objectif de diplomation de 80 % visé pour 2020. Au tour des adultes de persévérer.