Accueil | Outils et projets | Municipalité "Première de classe" 2019 | Pourquoi devenir une municipalité première de classe?

Pourquoi devenir une municipalité première de classe?

Depuis plus de 10 ans, le CREVALE a réussi, grâce à ses actions, à l’engagement de ses partenaires et à la multiplication des initiatives des membres de la communauté, à mobiliser les Lanaudois à l’égard de la persévérance scolaire. Des gains ont été enregistrés, si bien que Lanaudière est la troisième région du Québec quant aux gains entre les cohortes de 1998 et 2007 pour la hausse des taux de diplomation et de qualifications après sept ans au secondaire. Nous pouvons en être fiers!

Cependant, du chemin reste encore à parcourir pour que chaque jeune développe ses compétences et participe activement au développement de notre région. Le CREVALE s’emploie donc à préserver ces acquis et à poursuivre ses actions de mobilisation et d’accompagnement des acteurs de notre région, dont vous faites partie. Il s’agit là d’une préoccupation partagée par la majorité des Lanaudois puisque ce sont 83 % d’entre eux qui se disent préoccupés par le décrochage des jeunes au secondaire.

 

Dans Lanaudière, saviez-vous que…

… le taux de diplomation et de qualification des jeunes du secondaire a augmenté, passant de 66,7 % en 2006 à 75,6 % en 2015. Par contre, il reste inférieur à celui de la province (76,9 %)? (Lemire, 20181)

… l’écart entre le taux de diplomation et de qualification des garçons et des filles du secondaire a diminué de 50 %? En effet, en 2015, 70,6 % des garçons et 80,8 % des filles ont reçu un diplôme ou une qualification. (Lemire, 2018)

… le pourcentage de la population desservie par une bibliothèque a connu une baisse de 1,7 % entre 2007 et 2014? Comme la lecture est importante dans l’apprentissage de toutes les matières scolaires, il est important qu’elle soit accessible à tous. 

 

Coup d’œil sur la MRC de D’Autray

  • Stabilité du taux de diplomation et de qualification au secondaire, qui est passé de 67,2 % en 2006 à 69,9 % en 2015. 
  • Diminution du taux de diplomation et de qualification chez les filles du secondaire, qui est passé de 78,5 % en 2006 à 76,5 % en 2015.
  • Augmentation du taux de diplomation et de qualification chez les garçons du secondaire, qui est passé de 55,4 % en 2006 à 63 % en 2015. Par contre, il reste inférieur à celui de la province (72 %).
  • Heures d’ouverture restreintes de plusieurs bibliothèques municipales du territoire.

 

Coup d’œil sur la MRC de L’Assomption

  • Amélioration de la situation dans Lanaudière grâce à la montée significative des taux de diplomation et de qualification de plusieurs MRC, dont celle de L’Assomption.
  • Augmentation du taux de diplomation et de qualification au secondaire, qui est passé de 74,8 % en 2006 à 82 % en 2015.
  • Différences marquées entre les garçons (77,3 %) et les filles (87 %) quant au taux de diplomation et de qualification au secondaire. 
  • Taux de diplomation chez les filles (87 %) de la MRC supérieur à celui des filles de la province (82 %). 

 

Coup d’œil sur la MRC de Joliette

  • Augmentation marquée du taux de diplomation et de qualification des garçons du secondaire, qui est passé de 56,4 % en 2006 à 66,7 % en 2015. Par contre, il reste inférieur à celui de la province (72 %).
  • Taux de décrochage chez les filles (14,3 %) de la MRC supérieur à celui de la province (14,1 %).
  • Taux de décrochage (16,4 %) semblable à celui de la province (14,1 %), contrairement aux autres MRC du nord de Lanaudière, qui affichent toutes un taux supérieur, et ce, malgré des améliorations notables. 
  • Heures d’ouverture restreintes de plusieurs bibliothèques municipales du territoire.

 

Coup d’œil sur la MRC de Matawinie

  • Augmentation significative du taux de diplomation et de qualification au secondaire, qui est passé de 54,5 % en 2006 à 67,5 % en 2015. 
  • Amélioration du rang occupé dans l’ensemble des MRC québécoises quant au taux de diplomation et de qualification au secondaire, qui est passé de la 95e place sur 98 en 2006 à la 85e place sur 104 en 2015.
  • Augmentation marquée du taux de diplomation et de qualification chez les garçons du secondaire, qui est passé de 44,9 % en 2006 à 63,9 % en 2015. Par contre, il reste inférieur à celui de la province (72 %).
  • Taux de décrochage chez les filles (13,9 %) de la MRC inférieur à celui de la province (14,1 %).

 

Coup d’œil sur la MRC Les Moulins

  • Augmentation significative du taux de diplomation et de qualification au secondaire, qui est passé de 65,9 % en 2006 à 79 % en 2015. Ce taux est supérieur à celui de la province (76,9 %).
  • Amélioration du rang occupé dans l’ensemble des MRC québécoises quant au taux de diplomation et de qualification au secondaire, qui est passé de la 77e place sur 98 en 2006 à la 27e place sur 104 en 2015.
  • Augmentation deux fois plus rapide du taux de diplomation et de qualification chez les garçons du secondaire, qui est passé de 56,2 % en 2006 à 74 % en 2015, comparativement à 75,9 % en 2006 et 84,6 % en 2015 chez les filles.
  • Taux de décrochage chez les filles (5,2 %) de la MRC inférieur à celui de la province (14,1 %).

 

Coup d’œil sur la MRC de Montcalm

  • Augmentation du taux de diplomation et de qualification au secondaire, qui est passé de 54,7 % en 2006 à 62,1 % en 2015. Par contre, il est le plus faible de Lanaudière (75,6 %) et est inférieur à celui de la province (76,9 %).
  • Diminution du taux de diplomation et de qualification chez les filles du secondaire, qui est passé de 70,1 % en 2006 à 67,3 % en 2015. 
  • Augmentation marquée du taux de diplomation et de qualification chez les garçons du secondaire, qui est passé de 41,5 % en 2006 à 55,9 % en 2015. Par contre, il reste inférieur aux taux de Lanaudière (70,6 %) et de la province (72 %).
  • Heures d’ouverture restreintes de plusieurs bibliothèques municipales du territoire.

 

Plus d’information:  

 

Sources :

 1. Louise Lemire, Josée Payette et coll., Décrochage scolaire, diplomation et qualification au secondaire, niveau de scolarité des adultes. OÙ EN SOMMES-NOUS DANS LANAUDIÈRE?, Service de surveillance, recherche et évaluation, Direction de la santé publique, février 2018.