RADAR LANAUDOIS



En 2020-2021, 33,4 % des élèves lanaudois fréquentaient une école située dans un milieu socioéconomique défavorisé1.

Faits saillants

142 écoles de niveau primaire – pouvant inclure le préscolaire, l’adaptation scolaire ou le volet alternatif –, dont 135 du réseau public, se retrouvent sur le territoire de la région de Lanaudière. Au niveau secondaire, il s’agit de 33 écoles, dont certaines offrent un enseignement spécialisé en adaptation scolaire. De ce nombre, 28 sont des écoles publiques. Enfin, l’offre de formation professionnelle et de formation générale des adultes est diversifiée : les Lanaudois ont accès à sept centres de formation professionnelle, huit centres de formation générale des adultes et deux centres offrant des services combinés. La région compte également trois constituantes collégiales ainsi qu’un centre universitaire5. La présente fiche se limite aux effectifs des niveaux préscolaire, primaire et secondaire, de la formation professionnelle et de la formation générale des adultes.

Parmi l’ensemble des 73 840 élèves inscrits dans les écoles publiques et privées du territoire lanaudois en 2021-2022, plus de 60 % fréquentent les niveaux préscolaire et primaire. Pour ce qui est des écoles publiques, celles situées dans des milieux défavorisés de Lanaudière regroupaient plus du tiers des élèves en 2020-2021. À cet égard, la situation des MRC du nord est beaucoup moins favorable que celles du sud; les proportions d’élèves des écoles dans les milieux défavorisés allant de 68,1 % à 98,2 %. Lorsque l’on observe la répartition des élèves inscrits à la formation professionnelle et à la formation générale des adultes en 2019-2020, on remarque d’importantes différences entre les territoires. En effet, les élèves de moins de 25 ans sont proportionnellement plus nombreux en formation professionnelle dans les MRC du sud. Concernant la formation générale des adultes, les MRC de Joliette, de Matawinie et de L’Assomption sont les territoires dans lesquels il y a, toute proportion gardée, le plus d’élèves de 45 ans et plus.

La défavorisation du milieu dans lequel une école est située est déterminée par l’indice de milieu socioéconomique (IMSE), calculé à partir de la sous-scolarisation de la mère et de l’inactivité des parents pour chacune des écoles primaires et secondaires du réseau public6. Les écoles aux rangs déciles 8 à 10 sont définies comme étant situées dans des milieux défavorisés, tandis que les rangs 4 à 7 correspondent aux milieux intermédiaires, et les rangs 1 à 3, aux milieux favorisés. La diplomation des élèves provenant des milieux défavorisés est plus faible que les autres; ils sont aussi proportionnellement plus nombreux à quitter le système scolaire sans obtenir de diplôme ni qualification7.

Certaines hypothèses sont émises afin d’expliquer cet écart. D’abord, dans les écoles en milieu défavorisé, on aura tendance à mettre l’accent sur les déficits des élèves plutôt que sur leurs forces et leurs acquis. Les enseignants croiraient ainsi moins au potentiel de leurs élèves et auraient tendance à diminuer leurs attentes envers eux, perpétuant ainsi des pratiques inéquitables8. Ensuite, les parents de familles défavorisées, qui sont plus souvent faiblement scolarisés, auraient de la difficulté à soutenir leurs enfants dans leurs apprentissages, puisqu’ils pourraient se sentir plus rapidement dépassés par le contenu du cursus scolaire9. Il demeure que certaines écoles situées en milieu défavorisé présentent des taux de réussite comparables à celles situées en milieu favorisé, démontrant qu’il est possible d’agir afin de favoriser l’égalité des chances de réussite pour tous. La raison la plus évoquée pour s’inscrire à la formation générale des adultes est l’obtention d’un diplôme. Mais d’autres raisons peuvent être exprimées par la suite et elles font explicitement référence à la famille, comme le désir de développer des compétences parentales et de soutenir le cheminement scolaire de ses enfants ou encore le désir de devenir un exemple pour ses enfants et de vouloir « casser l’image » d’une famille peu scolarisée10. Pour terminer, l’accès à la formation professionnelle varie grandement entre les milieux. En effet, les jeunes des territoires comptant une proportion plus élevée d’emplois intermédiaires disponibles – requérant un niveau de formation moins élevé – seront plus nombreux à se diriger vers la formation professionnelle. Les milieux avec plus d’emplois professionnels et techniques verront, quant à eux, une proportion plus élevée de jeunes accéder aux études collégiales11.

Autres fiches qui pourraient vous intéresser

  1. Les données portant sur les écoles en milieu défavorisé proviennent du ministère de l’Éducation, Direction des indicateurs et des statistiques, Direction générale des statistiques, de la recherche et de la géomatique. Secteur de la prospective, des statistiques et des politiques. Mise à jour le 12 octobre 2021, disponibles sur SYLIA – Statistiques régionales, Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière, Direction de santé publique. Indices de défavorisation classés selon le rang décroissant de l’IMSE par école primaire et secondaire, centre de services scolaire de Lanaudière, année scolaire 2020-2021.
    https://www.cisss-lanaudiere.gouv.qc.ca/fileadmin/internet/cisss_lanaudiere/Documentation/Sylia_statistiques_regionales/
    Milieu_scolaire/IMSE.xlsx
    Les calculs ont été effectués par ÉCOBES – Recherche et transfert du Cégep de Jonquière.
  2. Les données portant sur les effectifs scolaires proviennent d’une demande faite par la Direction de santé publique de Lanaudière à chaque centre de services scolaire ayant des écoles situées sur le territoire lanaudois, ainsi qu’à l’ensemble des écoles privées situées dans Lanaudière. Disponibles sur SYLIA – Statistiques régionales, Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière, Direction de santé publique.
    https://www.cisss-lanaudiere.gouv.qc.ca/fileadmin/internet/cisss_lanaudiere/Documentation/Sylia_statistiques_regionales/
    Milieu_scolaire/Effectifs_scol_30sept.xlsx
  3. Les données portant sur les élèves inscrits à la formation professionnelle proviennent de MEQ, PSP, DGSRG, DIS, Entrepôt de données ministériel, système Charlemagne, données au 2021-01-28. Disponibles sur SYLIA – Statistiques régionales, Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière, Direction de santé publique. Élèves à la formation professionnelle (FP) selon le groupe d’âge, MRC, Lanaudière-Nord, Lanaudière-Sud et Lanaudière, années scolaires 2017-2018 à 2019-2020.
    https://www.cisss-lanaudiere.gouv.qc.ca/fileadmin/internet/cisss_lanaudiere/Documentation/Sylia_statistiques_regionales/
    Scolarite_diplomation_et_decrochage/FP.xlsx
  4. Les données portant sur les élèves inscrits à la formation générale des adultes proviennent de MEQ, PSP, DGSRG, DIS, Entrepôt de données ministériel, système Charlemagne, données au 2021-01-28. Disponibles sur SYLIA – Statistiques régionales, Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière, Direction de santé publique. Élèves à la formation générale des adultes (FGA) selon le groupe d’âge, MRC, Lanaudière-Nord, Lanaudière-Sud et Lanaudière, années scolaires 2017-2018 à 2019-2020.
    https://www.cisss-lanaudiere.gouv.qc.ca/fileadmin/internet/cisss_lanaudiere/Documentation/Sylia_statistiques_regionales/
    Scolarite_diplomation_et_decrochage/FGA.xlsx
  5. La compilation du nombre d’écoles a été effectuée par le CREVALE à partir des sites internet des centres de services scolaires, de la Fédération des établissements d’enseignement privés, du Réseau des écoles alternatives du Québec, de même que de la liste des écoles primaires et secondaires disponibles sur SYLIA – Statistiques régionales, Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière, Direction de santé publique.
  6. Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. (2003, mars). La carte de la population scolaire et les indices de défavorisation. Bulletin statistique de l’éducation, 26, 1-9. http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/PSG/statistiques_info_decisionnelle/bulletin_26.pdf
  7. À l’échelle du Québec, le taux de diplomation et de qualification après sept ans (tous réseaux) de la cohorte de 2013 est de 73,8 % pour les élèves de milieux défavorisés, tandis qu’il est de 83,8 % pour ceux issus de milieux favorisés (rangs déciles 1 à 3). Pour ce qui est du taux de sorties sans diplôme ni qualification de l’année 2018-2019, il est de 21,6 % pour les élèves des milieux défavorisés; bien au-dessus de la moyenne de l’ensemble des sortants (14,2 %).
  8. Moisan, S. et Archambault, J. (2017). École en milieu défavorisé : davantage d’élèves en difficulté d’apprentissage ou déficit de justice sociale? Revue ERAdE, Enseignement et recherche en administration de l’éducation, 1(1), 227-233. https://www.aderae.ca/wp-content/uploads/2017/12/Revue_ERAdE_Vol1_No1_Moisan_et_collab.pdf
  9. Kanouté, F. (2006). Point de vue de parents de milieux défavorisés sur leur implication dans le vécu scolaire de leur enfant. Interactions, 9(2), 17-37. https://www.usherbrooke.ca/psychologie/fileadmin/sites/psychologie/espace-etudiant/Revue_Interactions/Volume_9_no_2/V9N2_KANOUTE_Fasal_p17-38.pdf
  10. Bélanger et coll., 2007, cités dans Dyke, N. (2019). Coup de pouce à la réussite! Apprendre tout au long de la vie : constats sur la formation générale des adultes et pistes d’action proposées. CTREQ. https://www.ctreq.qc.ca/wp-content/uploads/2019/06/Coup-de-pouce_VF3.pdf
  11. Classification nationale des professions, 2011, citée dans INRS-UCS. (2016). Atlas de l’emploi de la région de Lanaudière : édition 2016. https://www.emploiquebec.gouv.qc.ca/uploads/tx_fceqpubform/14_imt_Atlas.pdf

© CREVALE 2022 - Tous droits réservés. Conception Web Guidi.co