RADAR LANAUDOIS



En 2016, 83,9 % des Lanaudois âgés de 25 à 64 ans détenaient un diplôme, dont 25,9 % l’avaient acquis dans une école de métiers ou un centre de formation professionnelle1.

Faits saillants

Le niveau de scolarité des adultes lanaudois âgés de 25 à 64 ans varie beaucoup selon les territoires de MRC. En ce qui concerne les adultes sans diplôme, ils sont proportionnellement plus nombreux dans les quatre MRC de Lanaudière-Nord, ce qui explique que le pourcentage de la région soit plus élevé qu’au Québec. Pour ce qui est de la population ne détenant qu’un diplôme d’études secondaires ou l’équivalent, elle est proportionnellement plus nombreuse qu’au Québec dans toutes les MRC de la région. La situation est la même relativement aux diplômés d’une école de métiers ou d’un centre de formation professionnelle. La proportion des diplômés d’un collège ou d’un cégep est plus faible dans les MRC de Lanaudière-Nord (à l’exception de celle de Joliette) que le taux régional, lequel reste d’ailleurs comparable à celui du Québec. Finalement, les diplômés universitaires sont surtout présents dans le sud de la région, bien que la MRC de Joliette en compte une proportion légèrement supérieure à la moyenne lanaudoise. Cela étant dit, il existe une différence notable entre le taux dans Lanaudière et celui du Québec. Cette situation peut s’expliquer, entre autres, par l’accessibilité limitée des établissements universitaires ainsi qu’une structure d’emplois dans laquelle les emplois professionnels (ceux exigeant un diplôme universitaire) sont moins nombreux dans la région qu’ailleurs au Québec2.

Bien que le niveau de scolarité de la population adulte de Lanaudière soit moins élevé que la moyenne québécoise, la situation s’est améliorée au cours des quinze dernières années, ce qui s’explique en partie par la baisse du taux de sorties sans diplôme ni qualification au secondaire, par l’augmentation des taux de diplomation et de qualification des élèves du secondaire, de même que par le fait que les personnes plus âgées, relativement moins instruites, font augmenter le niveau de scolarité des 25 à 64 ans lorsqu’elles passent dans le groupe des 65 ans et plus2.

La scolarité des adultes est l’une des variables pour mesurer le statut socioéconomique d’un territoire et « […] constitue un indicateur de la position sociale, de l’emploi occupé, de l’importance accordée aux études, mais également des habiletés des parents à encadrer leurs enfants dans leur cheminement scolaire » (p. 4)3. Les enfants dont les parents sont scolarisés (peu importe le type de diplôme obtenu) profitent d’un environnement physique, cognitif et émotionnel stimulant, favorable à la persévérance et la réussite scolaires4.

Pour ce qui est de la proportion de la population âgée de 15 ans et plus n’ayant pas atteint le niveau 3 de littératie5 –reconnu comme le seuil à atteindre afin d’avoir les compétences nécessaires pour comprendre des textes longs et complexes, contenant plusieurs informations6 – la région de Lanaudière se situe au-dessus de la moyenne québécoise. Sans surprise, les trois MRC ayant les proportions les plus élevées d’adultes sans diplôme (Montcalm, D’Autray et Matawinie) comptent les taux les plus élevés de répondants sous le niveau 3 de littératie.

Il est reconnu que les jeunes éprouvant des difficultés de lecture sont plus à risque de décrochage scolaire7 et que les parents ont un rôle important dans l’éveil à la lecture et à l’écriture de leur enfant. Or, dans les milieux défavorisés (et sous-scolarisés), les parents ne se sentent souvent pas assez compétents pour pratiquer des activités de littératie, ce qui peut avoir d’importantes conséquences sur le parcours scolaire de leur enfant8.

Autres fiches qui pourraient vous intéresser

  1. Les données portant sur le plus haut diplôme obtenu chez les 25-64 ans du recensement de la population de 2016 proviennent de Statistique Canada, compilées dans la plateforme CartoJeunes développée par ÉCOBES – Recherche et transfert du Cégep de Jonquière et accessible à l’adresse http://www.cartojeunes.ca/.
  2. Lemire, L. et Payette J. (coll.). (2018, février). Décrochage scolaire, diplomation et qualification au secondaire, niveau de scolarité des adultes. Où en sommes-nous dans Lanaudière? Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière, Direction de santé publique, Service de surveillance, recherche et évaluation.
    https://www.cisss-lanaudiere.gouv.qc.ca/fileadmin/internet/cisss_lanaudiere/Documentation/Sante_publique/Themes/
    Education_diplomation_et_decrochage_scolaire/Diplomation-Decrochage-VF.pdf
  3. Gaudreault, M. M., Perron, M., Veillette, S., Simard, J.-G. et Morin, I. (2020). Soutenir l’action des communautés par une connaissance renouvelée des facteurs territoriaux associés à la diplomation au secondaire à l’échelle des MRC du Québec. Les éditions du GRIR. https://cartojeunes.ca/donnees/media/fichiers/FacteursTerritoriauxDiplomationSecondaire_GaudreaultEtColl_2020_VersElect.pdf
  4. Dubow et coll. (2009); Thélot et Vallet (2000), cités dans Gaudreault, M., Morin, I., Simard, J.-G., Perron, M. et Veillette, S. (2018). Les facteurs territoriaux de persévérance et de réussite scolaires au Québec. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, 51(3), 37-60. https://www.cairn.info/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2018-3-page-37.htm
  5. Il s’agit d’une étude récente reprenant les résultats de l’enquête du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) dans laquelle est établi un lien entre le niveau scolaire atteint et le niveau de littératie.
    Langlois, P. (2021). La littératie au Québec : un regard local sur les enjeux comme source de croissance économique. Fondation pour l’alphabétisation. https://fondationalphabetisation.org/lanalphabetisme/les-enquetes-et-statistiques/alphareussite3/
  6. Le site du ministère de l’Éducation et du ministère de l’Enseignement supérieur contient une section permettant d’en savoir davantage sur les cinq niveaux de compétences en littératie. http://www.education.gouv.qc.ca/adultes/references/litteratie/peica/resultats-2012/inferieures-au-niveau-1/
  7. Janosz, M., Pascal, S., Belleau, L., Archambault, I., Parent, S. et Pagani, L. (2013, février). Les élèves du primaire à risque de décrocher au secondaire : caractéristiques à 12 ans et prédicteurs à 7 ans (vol. 7, no2). Institut de la statistique du Québec. https://statistique.quebec.ca/fr/fichier/les-eleves-du-primaire-a-risque-de-decrocher-au-secondaire-caracteristiques-a-12-ans-et-predicteurs-a-7-ans.pdf
  8. Myre-Bisaillon, Boutin et Beaudoin, 2014; Duval et Bouchard, 2013, cités dans Schilte, A. (2016). Mesure dédiée à la lecture : quelques éléments de compréhension. Instances régionales de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative du Québec. https://www.crevale.org/wp-content/uploads/2019/03/Mesure_dediee_a_la_lecture_Quelques_elements_de_comprehension_version_finale.pdf

© CREVALE 2022 - Tous droits réservés. Conception Web Guidi.co