Accueil | Famille | Transition vers le secondaire

Transition vers le secondaire

Passage du primaire au secondaire

Vous, pères et mères, êtes au cœur de la réussite de vos enfants. D’une part comme modèles et guides et, d’autre part, parce qu’ils ont besoin de votre soutien et de votre amour inconditionnel pour se développer avec confiance et acquérir la maturité nécessaire à leur survie dans le monde adulte.

Lors du passage du primaire au secondaire, votre présence rassurante est tout aussi importante. En effet, en plus de vivre des changements d’ordre scolaire, vos adolescents traversent, au même moment, une période de développement où leur corps, leur humeur et leur vie sociale subissent de profondes transformations qui peuvent provoquer de l’insécurité et de l’inconfort. Cet état peut les rendre hypersensibles et provoquer des sautes d’humeur.

Parallèlement à ces transformations physiologiques et psychologiques, l’école secondaire entraîne dans son sillon de nouveaux défis, mais aussi de nouvelles inquiétudes, tant pour les parents que pour les adolescents. Ces derniers sont confrontés à un nouveau milieu où se retrouvent beaucoup plus d’élèves et d’enseignants et un grand nombre de matières à assimiler.
La période d’adaptation au secondaire peut être longue et s’échelonner parfois sur toute la première année.

Le Comité régional pour la valorisation de l’éducation (CREVALE) vous transmet quelques trucs pour vous aider à faciliter le passage du primaire au secondaire:

  1. Maintenez ou améliorez votre communication. Votre enfant devient lentement un adulte. Il cherche à s’affranchir de son image d’enfant, exprime ses idées et veut plus d’autonomie. Soyez encore à l’écoute de ses besoins et idées, même si elles vous semblent parfois saugrenues. Utilisez l’humour, sans moquerie, pour créer un bon climat ou alléger l’ambiance lorsque les choses se corsent. Faites preuve d’ouverture et allez vers votre adolescent. Parlez-lui de vos craintes, discutez de ce qu’il vit à l’école, avec ses amis, etc.
  2. Démontrez de l’intérêt pour ses études. Même s’il vieillit et devient plus indépendant, votre adolescent a toujours besoin de sentir votre soutien et d’entendre vos encouragements. Le fait d’arrêter de lui dispenser soutien et encouragement pourrait être interprété par votre jeune comme un désintéressement de votre part. Il pourrait alors être tenté de négliger ses études.
  3. Continuez de lui affirmer combien l’école est importante à vos yeux. Il y a plusieurs façon de le faire : participer à la vie scolaire en vous rendant aux réunions prévues à l’école, assister aux concerts, joutes sportives et galas auxquels votre jeune participe et continuer d’encadrer les travaux scolaires. Il n’est pas nécessaire de vous rappeler vos notions d’algèbre pour jeter un œil occasionnellement aux travaux scolaires de votre adolescent. Vous pourrez ainsi vous assurer qu’ils sont faits proprement et dans les délais prescrits par les enseignants.
  4. Surveillez les signes de stress intense et d'anxiété.

L’Ordre des psychologues du Québec suggère de porter attention aux signes suivants:

  • Maux de tête
  • Vomissements
  • Maux de ventre
  • Troubles du sommeil ou de l’appétit
  • Hypersensibilité
  • Crises de colère
  • Détérioration des relations interpersonnelles
  • Manque d’intérêt pour les activités scolaires ou autres
  • Isolement

Ces symptômes peuvent dissimuler des difficultés d’adaptation plus profondes qui méritent votre attention immédiate afin d’éviter que la situation ne dégénère.